8/8/2016

Diagnostic archéologique :

Palaiseau, Polytechnique sud-est -- ENSTA

Une ferme gauloise

 

 

Une ferme gauloise de La Tène moyenne : futur site de l'ENSTA, à Palaiseau

Diagnostic archéologique mené par l'INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), à Palaiseau, campus sud-est de l'école Polytechnique, janvier 2010

Fouille préventive menée par l'INRAP du 2/4/2010 au 2/7/2010

Le site archéologique se trouve sur le campus de l'école Polytechnique. Il a été identifié en janvier 2010 suite à l'opération de diagnostic réalisé préalablement au projet de construction du futur site de l'ENSTA (École Nationale des Sciences et Techniques Avancées) transféré de Paris à Palaiseau. Ce projet s'inscrit dans le cadre d'une opération importante d'urbanisme sur le Plateau de Saclay, dite Opération d'Intérêt National (OIN).
Devant l'importance des vestiges découverts, une fouille préventive d'un secteur de 1,75 ha a été prescrite par le Service Régional de l'Archéologie. Cette fouille a permis de mettre au jour les traces d'une occupation néolithique et de révéler les vestiges d'une importante ferme gauloise de La Tène moyenne (250 à 120 avant J.-C.). Des fossés, une fosse et trois carrières d'époque gallo-romaine (du IIè au IIIè siècle ap. J.-C.) ainsi que d'anciens réseaux parcellaires, datés de l'époque moderne à contemporaine, ont également été identifiés.

Une ferme gauloise
Située sous l'emprise d'un ancien stade du XXè siècle, implantée sur la quasi-totalité de la zone décapée, elle est caractérisée par d'importants fossés qui structurent un enclos bipartite, de 170 m sur 90 m de côtés, délimitant une surface d'1,5 ha. Les fossés, de 1 à 3 m de large, présentent un creusement en forme de V d'environ 1,3 m de profondeur. Au sein de l'enclos, des concentrations de trous de poteau attestent la présence d'au moins six bâtiments : habitat, annexe, grenier...

Le mobilier détritique
Céramiques, objets en pierre, torchis, os ont été rejetés dans le fossé ou parfois déposés sur le sol. La taille de l'enclos, ainsi que la nombre et la qualité des vestiges archéologiques, témoignent du statut particulier de cette occupation.
Au nord et à l'est de la parcelle, à l’extérieur de l'enclos, des vestiges de constructions en bois ont pu être mis au jour. Il s'agit peut-être d'annexes de la ferme ou de bâtiments antérieurs. Cette découverte est d'importance. C'est la première fois qu'un tel site de cette époque (La Tène moyenne (C2), -250 à -120) est fouillé sur le Plateau de Saclay.

Le protocole scientifique retenu
Il s'agit, outre l'étude exhaustive des structures archéologiques et la réalisation de prélévements sédimentaires, de fouiller intégralement les fossés structurant l'enclos gaulois. En contexte de fouille préventive, ce type de structure est très rarement étudié dans son intégralité. Ce dispositif a permis de recueillir de nombreuses informations, puis de réaliser une étude de répartition spatiale du mobilier (os, céramique, faune, métal, torchis, pierres...).
Les rejets et les dépôts effectués dans les fossés sont une source d'informations significatives pour identifier les différentes activités domestiques et/ou artisanales qui se deroulaient à l'intérieur ou à l'extérieur de l'enclos gaulois.

La nature et l'origine des rejets et dépôts permettent de définir les fonctions des différents espaces et de formuler des hypothèses sur le statut social des occupants.

Des vestiges de la vie quotidienne
Une très grande quantité d'objets a été mise au jour, tout particulièrement des céramiques, ayant servi au stockage, à la préparation des aliments et à leur consommation. Globalement très bien conservées, bon nombre de céramiques, quoique fragmentées, sont complètes.

D'autres vestiges, plus épars, ont été retrouvés et témoignent également d'activités domestiques et artisanales. Fusaïoles et pesons, issus de métiers à tisser, attestent la pratique du filage et du tissage. Des meules, parfois complètes, témoignent de la moulure et informent sur la culture céréalière. Scories et culots de forge signaient le travail du fer au sein d'un atelier métallurgique dont la structure de combustion n'a pas été repérée. L'époque reste à déterminer précisémment. Enfin, de nombreux vestiges osseux renseignent sur les activités d'élevage et l'alimentation des habitants de cette ferme gauloise.

 

Nom de l'opération : Campus de l'école Polytechnique
Cause de l'opération : Projet de construction du futur site de l'ENSTA - ParisTech
Aménageur : Sogeprom - Genecopi
Suivi scientifique : Christian Piozzoli, Service Régional de l’Archéologie, Drac Île-de-France -- Olivier Blin, INRAP
Responsable d'opération : Cyril Giorgi, Inrap Centre - Ile de France


Sources documentaires : INRAP      www.inrap.fr

 

 

ACCUEIL